Selon l’Ademe, la production électrique des éoliennes qui est, rappelons-le intermittente, serait l’une des moins polluantes tout au long de leur cycle de vie, par opposition aux énergies fossiles telles que le gaz, le charbon, le pétrole ou même le nucléaire. De plus, la production d’électricité d’une éolienne ne pollue pas, tant sur ses rejets de CO2, que sur l’émission de particules nocives. En revanche se pose la question des déchets induits de l’éolienne elle-même et de son recyclage.  

L’éolien et la recyclabilité

Les premières éoliennes généraient des déchets importants, toutefois les évolutions techniques de celles-ci permettent aujourd’hui un taux de recyclage de 93% et seules les palles restent difficiles à recycler. En effet, les palles en composites ne sont plus enterrées, mais ont tendance à servir de combustibles. De plus, depuis juillet 2020, la règlementation française a mis en place une loi où 35% du rotor et 90% de l’aérogénérateur doivent être recyclés pour tous les parcs éoliens démantelés après le 1er janvier 2022. D’autres objectifs de recyclabilité sont également prévus après le 1er janvier 2023.